Vous avez forcément traversé maintes et maintes fois cette place magnifique, contemplé sa fontaine majestueuse, et profité du soleil sur un banc, voire même une pelouse si vous avez eu la chance d’habiter à Grenoble en étant lycéen ou étudiant !

VH, dans le jargon des Grenoblois, c’est un point de rendez-vous, un lieu de rencontres, un des repères de l’hypercentre. Sur le plan immobilier, c’est incontestablement une des plus belles adresses grenobloises : il n’y a qu’à voir sur le Monopoly de Grenoble, c’est une des deux places les plus chères !

C’est à la mort de Victor Hugo en 1885 que le maire de Grenoble, Edouard Rey, a l’idée de demander à la veuve de Victor Hugo l’autorisation d’attribuer son nom à une place sans dénomination spécifique depuis sa création en 1882, et connue à l’époque sous le nom de « place C » !

A l’époque, dans les années 1880, Grenoble abandonne en effet progressivement sa fonction militaire ; il faut savoir qu’au début du 19ème siècle, Grenoble était une petite ville de garnison, où les activités comme la ganterie par exemple, étaient essentiellement artisanales. De nombreux sites sont alors occupés par des casernes militaires.

Le maire Edouard Rey participe à l’évolution de la ville, et fait percer de nombreuses artères pour permettre l’extension vers le Sud et l’Ouest, tout en développant un nouveau centre-ville entre la place Grenette et la Gare, pour relier le centre aux quartiers industriels du cours Berriat alors en plein essor.

En 1882, il fait raser certaines casernes et une partie des remparts, et crée une belle place carrée, très arborée.

Elle attire rapidement la bourgeoisie industrielle grenobloise, des nouveaux commerces s’y installent, et la place Victor Hugo devient alors un haut lieu de rencontres et de flâneries ; elle représente l’identité festive et chic de Grenoble, en complément à la splendeur plus officielle de la place de Verdun.

Depuis sa création, sa fonction a peu changé, même si sa physionomie a évolué avec l’arrivée du tramway, l’élargissement des voies piétonnes, le ravalement des façades…

La place accueille aujourd’hui des travaux d’embellissement avec comme double objectif de répondre aux enjeux de ce siècle en matière de dérèglement climatique, et de conserver la convivialité historique du lieu.

Nous avons hâte de la retrouver !